Audi avance le protocole LMDH, BMW développe un partenariat avec Ford, Mercedes dévoile le prix de la nouvelle CLS

BMW

Le xDrive pour les M3 et M4

À leurs débuts, les dernières jumelles issues de la division BMW M Sport ont été présentées en version propulsion. Mais le constructeur allemand a décidé de les rendre disponibles avec la transmission intégrale M xDrive (ajoutant 40 kg sur la balance). Les premiers modèles arriveront en août 2021, mais les tarifs restent inconnus. Concrètement, les nouvelles M3 et M4 Compétition pourront donc bénéficier d’un couple distribué électroniquement aux deux essieux, permettant de gérer avec agilité le comportement de l’auto. Par ailleurs, les performances s’améliorent légèrement puisque le 0 à 100 km/h passe à 3,4 secondes ( soit 04 secondes plus rapide par rapport aux M3 et M4 propulsion). Une petite prouesse compte tenu du poids en légère augmentation !

BMW et Ford Partenaires

Les deux constructeurs ont décidé de s’allier pour investir de façon commune 130 millions de dollars dans une entreprise spécialisée dans les batteries à électrolytes solides. Cette technologie encore peu maîtrisée est devenue le fer de lance de nombreuses marques cherchant à révolutionner le monde des batteries, comme Volkswagen ou encore Toyota, qui ont tous les deux misé sur les batteries solides et investi dans de nombreuses entreprises afin de développer une alternative à la batterie de type lithium-ion. L’avancée des technologies promet un avenir toujours plus inspirant.

L’électrification de BMW M ?

Les temps sont à l’électrification. Beaucoup de grandes marques commencent à développer des gammes de sportives électriques (comme le badge GTX chez Volkswagen). Par conséquent, il est normal de se questionner sur l’éventuelle électrification du département BMW Motorsport, qui fêtera son 50ème anniversaire en 2022. Des rumeurs parlent d’une BMW iM2 sur base de M2, qui pourrait développer plus de 1300 chevaux. Pour l’instant, BMW n’a pas commenté, mais la probabilité d’une électrification des sportives badgées M est fort probable dans un avenir pas si lointain !


AUDI

Le prototype LMDh avance

Nous vous l’avions déjà dit, Audi se prépare son grand retour pour le Championnat du Monde d’Endurance d’ici 2023, avec notamment une participation aux 24 Heures du Mans. Pour se faire, Audi Sport est en pleine phase de développement de son prototype LMDh, dont le premier jet arrivera en 2022. Celui-ci aura la lourde tâche de remplacer l’Audi R18 (63 victoires en 80 courses disputées, sur un laps de temps de 6 ans). Les designers sont en train de travailler sur les lignes du modèle, tandis que le châssis et la motorisation électrifiée ont déjà été validés par le constructeur.

Audi R8 LMS GT2 Color Edition

La division Audi Sport Customer Racing du constructeur d’Ingolstadt développe des véhicules de course pouvant courir dans des compétitions, comme la R8 LMS GT2. Celle-ci vient de bénéficier d’une édition spéciale sur uniquement six châssis, chacun possédant une livrée originale (Kyalami Green, Misano Red, Nogaro Blue, Sebring Black, Tactical Green et Vegas Yellow). Un artifice de couleurs, qui répond au principe du un véhicule par couleur, et assurant une exclusivité totale. Une des six Audi R8 LMS GT2 Color Edition vous coûtera tout de même 348,000 euros si toutefois vous seriez intéressés.

Curieuse A7 pour la Chine

L’Empire du milieu est connu pour posséder ses propres caractéristiques particulières, afin de satisfaire ses centaines de millions de potentiels consommateurs. Les grands constructeurs le savent, et c’est pourquoi Audi a notamment présenté une version allongée de son Audi A7, qui fait désormais partie de la gamme L (spécifique au marché chinois). Au programme, une longueur en augmentation (+10 cm), un empattement amélioré, mais aussi et surtout la présence d’une véritable malle arrière. Curieux lorsque l’on sait que l’Audi A7 possède une silhouette caractéristique avec son pavillon fuyant intégrant un hayon. Cette Audi A7 L s’apparente donc à une grosse berline à malle arrière. Plairait-elle en Europe ?


MERCEDES

La nouvelle CLS débute à 77,750 euros

La dernière CLS a été timidement restylée en Avril 2021, et ses prix sont désormais connus pour le marché français. L’auto à la silhouette caractéristique et la ligne de toit fuyante est disponible à partir de 77,750 euros. Il s’agit de la CLS 220d (4 cyl 2,0 L de 194 chevaux). Les premières livraisons devraient débuter en juillet, et le modèle est soumis à un malus en France, variant en fonction des équipements et du modèle, allant de 260 à 11,488 euros (notamment pour la version CLS 400d). En revanche, si vous souhaitez une version essence, il faudra vous rabattre sur la piquante Mercedes-AMG CLS 53 et son 6 cylindres de 435 chevaux, dont le prix débute à 103,200 euros (et un malus entre 21 et 30,000 euros).

Le V12 de retour ?

Afin de célébrer le centenaire de Maybach, la marque de luxe Mercedes-Maybach du constructeur allemand a décidé de dévoiler un modèle exceptionnel équipé d’un V12. Cette information va à l’encontre de la mise à mort des 12 cylindres en V au sein du catalogue de la marque à l’étoile. Et pourtant, la nouvelle référence de l’exclusivité allemande annonce une Classe S Pullman, équipée d’un V12 6,0 litres bi-turbo. Depuis sa création en 1921, Maybach a toujours utilisé le nec plus ultra en matière de motorisation. Quand bien même le V12 ne soit plus en odeur de sainteté en ces temps d’électrification, Mercedes-Maybach a souhaité fêter son centenaire avec le plus noble des moteurs, intégré sur la plus élégante des voitures.

La Classe S selon Brabus

Après vous avoir parlé de la Classe S selon Maybach, voici venu le temps de vous parler de la Classe S selon Brabus. Le préparateur allemand vient de dévoiler un kit disponible pour la dernière Classe S W223. Esthétiquement, contrairement à ce que son nom pourrait laisser suggérer, cette Brabus B50-500 PowerXtra est discrète et sobre (la finition AMG Line contribue à l’agressivité) et se distingue notamment avec ses jantes 21 pouces et un châssis abaissé. L’intérieur reçoit de la fibre de carbone, garnitures spécifiques et des finitions de grande qualité. Cette Brabus est équipée du six cylindres 3,0 L, amélioré par les ingénieurs Brabus et développant désormais 500 chevaux (+65 ch) pour un couple de 590 Nm.